Press Extracts

(in disorder ! - some are in French and German)

With mainly late piano works by Johannes Brahms Christophe Sirodeau presents an all-round delightful CD. From the works listed above, he always plays only the intermezzi, so that a programme of fourteen numbers was released.
With a sovereign technique and a creative intelligence that betrays a long preoccupation with the subject matter, Sirodeau places himself at the service of the works in such a way that one simply forgets all technical requirements and only follows the completely introverted music. Sirodeau knows how to structure the musical phrases and let them breathe. His fine touch and subtle use of the pedal make the music wonderfully lyrical and create an extraordinary richness of timbre.
The pianist thus evokes a magnificent late autumn atmosphere, oscillating between melancholy and resignation, which gives Brahms’ unique compositions their emotional, introverted intensity. Every now and then there are like rebellious gestures, on the other hand there is also sweet tenderness, so that the whole CD becomes immensely atmospheric, and every listener will experience it as enriching.
Remy Frank - Pizzicato, 13th of August 2020

The long road out of lockdown is ahead. As a guide we need our own Virgil or Dante , someone spiritual and thoughtful, someone who can channel the sadness of the past but light up the bright bits on the way out. A musician isn’t a bad model to begin with. The photograph of the extraordinary pianist on the sleeve of his album makes Christophe Sirodeau look like a contender; the long fingers folded as he leans on his Steinway and a slight smile on his handsome face – his dome-like forehead , clearly packed with brains, above it. He appears the epitome of the sensitive artist.

When a musician of his experience, his discography is pages long, plays a composer as feted as Brahms, the results are bound to be wonderful and they are. Christophe had always loved Brahms work [...]
“Certainly there is so much autumnal melancholy and a sense of going back over life in these pages” reflects Christophe “ But here also is an abundance of light, calm and serenity.” At this point in our lives we can certainly do with all of those gifts. And the lyrical playing of Christophe Sirodeau gives them in spades in the course of these lovely pieces. There is sadness here, even tragedy. But in the next bar or phrase comes an acceptance of life as it is. This interpretation brings passion and joyousness to music already full of love and a kind of forgiveness.

As we move towards the beginning of a new openness in life, with regrets behind us but everything to go for in the future, this music and its intensely sincere artistic rendition by Christophe Sirodeau can help the quiet transition to an acceptance and calm to face the uncertain possibilities of life ahead of us all.
Anne Garvey - The cambridge critique, 2020

[...]Op 118, No 2 in A major is the intermezzo which closes Sirodeau’s recital in which, as his companion booklet writer Zassimova writes, he reaches “the sunlight and wise acceptance of human frailty”, though I offer “being human” as a less dramatic translation of ”l’existence humaine”, the original French. I suggest this is the most gloriously positive of Brahms’ intermezzi and therefore an excellent choice for bowing out, which is what Brahms does here in gratitude, suffused with only occasional regret. The marking Andante teneramente says it all and Sirodeau treats it relaxedly. In the opening theme melody, Sirodeau’s detailing of the inner parts is steady and assured, as passion simmers and climaxes, after which it sinks down, espressivo (tr. 14, 1:40) into low tessitura and with something of regret in its softer repeat of phrase, but soon recovers, dolce (1:59), with the opening three notes twice repeat like a spurring mantra. The second section (2:55) brings a period of disquiet in F sharp minor in Sirodeau’s beautifully sad wandering and wondering, but this is followed by a beatifically consoling parade of chords in F sharp major, più lento. The F sharp minor material now returns more passionately, yet to no avail as it’s wiped away by a soft, rising motif (4:54) heard thrice in sequence with a dolce pause at the end of its third appearance, an extraordinarily immediate access to the opening theme which now takes in the angst of the second section theme to overcome it by even more highly charged optimism than before. All this is scrupulously detailed and resolutely progressed by Sirodeau. [...]
extract from a detailed comparaison between Sirodeau's, Gould's & Katchen's interpretations by Michael Greenhalgh on Musicweb International, 2021

[Feinberg:] These tiny glimpses, performed by Sirodeau, make one want to hear more of his evident talent.
[Winterberg:] From what one hears in Sirodeau’s fine performance, they deserve much more of an airing.
Norman Lebrecht in Ludwig-van.com (and Slipped disc), July 17, 2020

Les deux Mondes : Glenn Gould l’osa le premier : détacher dans les cahiers de maturité et de grand âge que Brahms caressait ou rugissait du piano, ce qu’il nommait intermezzo et qui dans son esprit si féru de littérature claviéristique baroque, était comme un souvenir de Scarlatti, musique de reclus et d’autant plus fantaisiste. Non pas des Caprices, mais vraiment des Intermèdes, ce qui regarde ailleurs, et demande une imagination supplémentaire, un « hors cadre » dans le déroulement même d’un cycle de fantaisies.

Christophe Sirodeau les joue d’abord en musicien, laisse émaner les contrechants, guette les harmonies qui entre les deux mains se diffractent, chantent les harmonies dans les polyphonies, et alors, comme chez Kempff – ou comme chez Katchen dans l’Opus 76 – les lignes se déploient, dorant encore plus les mystères des paysages. C’est admirable de bout en bout, senti, porté, et dans un piano d’autant plus somptueux que cela se garde du moindre effet. Le poète parle.

Ce disque-là ne doit pas du tout passer inaperçu et pas plus le précédent chez Melism de cet artiste qui aime révéler du rare. Tirer de l’oubli absolu deux œuvres d’Hanuš Winterberg, survivant de Theresienstadt et inaperçu par ceux qui auront revisité la liste des Entartete Komponisten, c’était révéler un compositeur de première force qui peut maintenant rejoindre Krása et Ullmann. La Première Sonate de 1936 est saisissante, d’abord par le récitatif de l’Adagio, la Suite, sévère et âpre, confirme l’importance d’un œuvre qui reste à découvrir.

C’est le revers d’un album dont l’envers est en contraste un paradis : trois opus du Feinberg des années 1910, plein d’efflorescences et de caprices, où il est rejoint par le violon élancé de Nina Pissareva Zymbalist pour une sonate méconnue, puis pour le seul piano, une Fantaisie mystérieuse, et une Suite de 1919 magique à force de poésie, Scriabine y paraît comme un Dieu ailé.

Tout cela, Feinberg comme Winterberg, enregistré en première mondiale d’après les manuscrits !
5th of January 2021 - Jean-Charles Hoffelé - Artalinna

about "Feinberg & Winterberg lost works /Melism ":
L’interprétation de Sirodeau [...] traduit les éclats sonores de ces pièces avec autant de précision que de sensualité. On songe aux irisations sonores d’un Sofronitzky jusque dans l’utilisation importante et judicieuse de la pédale forte. [...]En narrateur hors pair, Christophe Sirodeau restitue avec bonheur, l’univers propre de chaque œuvre.
Stéphane Friédérich / Resmusica ("recommandé") -
20th of August, 2019

Ullmann: The Complete Piano Music review – immensely persuasive:
[...]Sirodeau is an immensely persuasive interpreter. Recommended.
Tim Ashley / The Guardian - 7th of August, 2014

We can be grateful to the performers for the resurrection of these fascinating works.
Jonathan Woolf / Music web international - 2020
[about Feinberg & Winterberg Melism cd]

Das Hausquartett des OONMLR spielte zusammen mit dem Flötisten Michel Raynié und dem exzellenten Pianisten Christophe Sirodeau Werke der im KZ umgekommenen Komponisten Viktor Ullmann (1898-1944), Erwin Schulhoff (1894-1942) und dem jetzt erst entdeckten Holländer Leo Smit (1900-1943).
Waldemar Kamer – Paris / https://www.deropernfreund.de

Sirodeau's enthusiasm and affinity for this music is evident throughout. Technically he is equal to the most challenging movements, though ultimately it is his imaginative, heartfelt evocation of the music's richly human utterance that makes this recording so appealing.
Patrick Rucker / International record review, October 2014

"Die sehr subtile Interpretationskunst von Christophe Sirodeau"
Tipp - Musik 5***** - Klang 5*****
Giselher Schubert / Fono Forum, X 2014

Sirodeau’s fine pianism – well caught by the engineers – is also an amalgam in that it combines clean, crisp playing with flashes of surprising inwardness and lyricism. [...] Sirodeau evinces a fine ear for colour and rhythm – splashes of one, fragments of the other – and his micrometer-like calibration of dynamics is exemplary. [...] In any event, this pianist displays a masterly control – and understanding - of the score’s content and style that would be very hard to match. [...] Sirodeau imbues it all with a spontaneity and sparkle that will perplex those who are unfamiliar with this composer and expect something fierce and unremitting. Indeed, in Sirodeau’s hands this music is rendered accessible in the best possible sense; that will surely help to win more converts to the composer’s cause. [...] Sirodeau taps into a vein of poetry here; as before this intuitive artist proves a reliable and illuminating guide to these scores. His liner-notes are similarly reassuring in their detail and authority. This complete set of sonatas is a significant addition to the Ullmann discography. Sirodeau certainly digs deeper [...] Trouble is, now that I’ve heard Sirodeau nothing else will do. Deeply penetrating performances; a new benchmark has been set.
Dan Morgan / MusicWeb international - July 2014

Sans concessions à la virtuosité, ces œuvres n'en sont pas moins redoutables. La performance de Christophe Sirodeau, disciple d'Evgueny Malinin au Conservatoire Tchaïkovsky de Moscou s'impose sans manières. Fort d'une connaissance approfondie du texte et d'un geste expressif très concentré, il projette sur les sept sonates des lumières plus diverses [...] La splendide captation des ingénieurs de Bis est un autre atout pour cette réalisation de référence. C'est désormais ici que l'on découvrira un massif singulier, qui ne se livre pas d'emblée, mais dont le charme insidieux envahit peu à peu l'auditeur. / 5 'diapasons'
Bertrand Boissard / Diapason - octobre 2014

This speaks of a real labour of love. [...] Sirodeau captures every nuance of the cycle, from the jazzy Berg of the first and Prokofiev-meets-Scriabin of the second to the all-encompassing, almost autobiographical seventh, written in Terezín shortly before Ullman was dispatched to Auschwitz. As heartbreaking as it is rewarding, and urgently recommended.
www.classicalmusicmagazine.org - X 14

Sirodeau spielt die Musik Ullmanns mit großer Frische und viel Energie, [... ] Christophe Sirodeau takes the listener on an interesting musical journey which is a substantial tribute to Viktor Ullmann.
Remy Franck / Pizzicato (Luxembourg) - July 2014

"his ardent, commanding performance may well tip the Ullmann cycle scales in his favour. [...] A worthwhile release"
Jed Distler / Gramophone - 2014

"Christophe Sirodeau ist ein sehr sensitiver und kultivierter Pianist"
Christoph Schlüren / Klassik-heute - IX 2014

Revelatory. [...] It is certainly on my short-list as one of my 'Discs of the Year'... [the Second Sonata] come across as a single flow of consciousness. The pianist here, Sirodeau, realises the fairly unrelenting intensity while demonstrating an approach generally softer than that of Samaltanos - more identifiably Gallic, perhaps? The 3rd Sonata[...]speaks of extremities of utterance that, technically, pose no problem to Sirodeau.[...] The 6th Sonata is probably the finest work in the present set. [...] The performance (Sirodeau) is miraculous. It is here that virtuosity reaches its peak. Recording of the Month [Feinberg cd1]
Colin Clarke / Music Web International - May 2004

Samaltanos and Sirodeau have already performed pianistic prodigies for BIS in advocacy of Skalkottas; here they turn to a significant Russian-Jewish pianist-composer whose music has long been sidelined.
This is music of the highest virtuoso standard, and these young pianists, both Moscow-trained, give a dazzling, eloquent account of it. /(Performance 5 stars on 5). [Feinberg]
Calum MacDonald / BBC Music Magazine - June 04

The Russian Jewish composer and pianist Samuil Feinberg has been largely neglected, [...] His gorgeously over-the-top Bach readings as a pianist have been reissued in Russia, and his piano sonatas, one of which was made the subject of a contest with Stravinsky's piano sonata by a Dutch newspaper, are sometimes performed. These songs, however, are world premieres on recordings. [...] apparently the recording arose from a connection between the accompanist, Christophe Sirodeau, and Victor Bunin, one of Feinberg's students. The songs are beautifully performed here and include a lot of nice finds, especially for bass singers. [Feinberg songs]
James Manheim / www.allmusic.com - 2009

The performances, as I hinted earlier, are vibrantly committed. [Feinberg cd2]
Jonathan Woolf / Music Web International

The elaborate, contrapuntal piano writing [Chamber Concerto /Skalkottas] is dispatched with equal panache by Sirodeau and Nikolaos Samaltanos (their recording of the two-piano transcription of Ulysses on Agora is worth seeking out), ...
Richard Whitehouse/ Gramophone Awards Issue 2003

Both pianists play with fire and devotion, and BIS's recording is vivid and strong...[Feinberg 1]
Lehman / American Record Guide - August 04

Throughout, the performances - marvellously recorded - are electrifying : the work of a stellar group whose commitment to this music, and to the resuscitation of neglected masterpieces in general, is quite palpable. One of them is pianist Christophe Sirodeau, whose elaborate and thoughtful notes are exemplary. [Skalkottas]
Christopher Ballantine / Record reviews XI -2003

…a recording of considerable importance.
[Sirodeau] a convincing and fiery-fingered advocate for this music…
I recommend this excellent release with considerable enthusiasm. [Feinberg 1]
Martin Anderson / International Record Review - June 04

Sirodeau and Samaltanos clearly believe in these fascinating albeit uneven works and imbue them with all the dynamic contrast, tonal variety, and technical finish they require. Even the largest, most intractable, note-packed climaxes [...] are fully voiced and never banged out. - 10/10 [Feinberg 2]
Jed Distler / Classic Today.com - 04

Nikolaos Samaltanos und Christophie Sirodeau sind in der Lage, die visionaren, introvertierten, brillanten, raunenden, mystifizierenden Segmente dieser auf gant eigentümliche Weise unangefochtenen und doch spâtest-romantischen, also traditionellen Musik darzulegen. . Und dies tun sie in einer fur mich überzeugenden Mischung aus Klarheit und Verschwommenheit: sie erfassen und ergründen die Zwischentône dieser Sonaten mit düsteren Klângen, die gegen Ende eines bedrohten Lebensweges entstanden /Künstlerische Qualitat: 9 (Bewertungsskala: 1-10) [Feinberg 1]
Klassik heute / 04

Zentrales Werk der CD ist jedoch die sechste Sonate, entstanden 1923, gespielt von Christoph Sirodeau. Schrecken erregende Klangtarben, gewaltige Akkordfolgen, eisige Stimmungen, Klangbilder, die zwischen extremer Dichte und feinster Ausdünnung wechseln. Sirodeau ist hier ganz auf der Höhe, setzt nicht nur um, ist mittendrin. [Feinberg 1]
Frank Helling /Fono Forum avril 2004

Christophe Sirodeau, qui a peu enregistré,
marque une fois de plus son intérêt pour les raretés éditoriales. [...] l’interprète, très engagé dans son programme. Engagé parce qu’on ne peut pas jouer ces œuvres sur le bout des doigts [...] L’intensité interprétative ira croissante [...] 'Clé du mois'
Nicolas Mesnier-Nature / Les Clefs Resmusica - 23 juin 2014
+ Clef d'or 2014
"Autre martyr de l’histoire, Viktor Ullmann bénéficie d’une intégrale définitive de son œuvre pour piano sous les
doigts du Français Christophe Sirodeau." Pierre-Jean Tribot - 15 décembre 2014

'Coup de coeur' d'Anna Sigalevitch (Ullmann / BIS) -
France-Culture / La dispute - Juin 14

(...) La création de Sirodeau, 'L'agneau Mystique des frères Van Eyck', est une composition expressive et intense. (...)
Robert Sabatier / La Gazette de Montpellier - mars 2012 [Le succès des Figures du Siècle]

(…) on aura pu apprécier la grande clarté de Sirodeau (…). Au final, (…) c'est Sirodeau qui s'est sans doute révélé le plus musicien.
(…) une constante dans toute la soirée, une utilisation très parcimonieuse de la pédale, qui permet à Sirodeau de conserver en permanence une excellente précision de timbre et de ne jamais se cacher derrière un flou artistique, (…) Sirodeau déploie une grande assurance technique et son usage très subtil de la pédale, à l'opposé des tendances actuelles, est des plus intéressant, d'autant plus impressionnant qu'il s'étend jusqu'aux traits les plus difficiles de la sonate d'Ullmann, qui ressortent avec une grande précision. (…) dans cinq Chants sans paroles de Mendelssohn, la clarté du timbre permet une excellente distinction des voix (fin de l'op.67 n°5) et le chant rayonne avec beaucoup de finesse. Même qualité dans les quatre fantaisies sur des poèmes de Richard Dehmel d'un Zemlinsky encore jeune (1898), proches du Liszt des années de pèlerinage, la naïveté en plus : là encore, le pianiste déploie un beau contrôle mélodique, et son refus du sirupeux évite à la partition de tomber dans le sucré. Ce piano très équilibré, sans minauderies ni maniérismes, très fluide, au timbre toujours clair et lumineux, réussit bien à ces pièces romantiques. Sirodeau continue sur cette belle lancée avec (…) la deuxième sonate d'Ullmann : (…) il déploie une hauteur de vue supérieure et une grande maîtrise de cette œuvre imposante et complexe, sans doute aussi plus réussie que la première sonate.
Thomas Rigail / www.classiqueinfo.com - février 2010 (Sirodeau, Gottlieb, Powell : pianistes en archipel)

(…) Douze pièces structurées en deux parties et nées en temps de guerre: ce sont sans doute les seuls points communs entre ces pages d'Ullmann et les Etudes de Debussy. Peu de musiciens relèvent le défi de donner en concert l'intégralité d'un recueil d'une exigence technique et artistique, qui, de même que Jeux par rapport à La Mer, n'a pas acquis la popularité des Images ou des Préludes. Christophe Sirodeau déploie un jeu très physique, robuste au besoin, pour faire ressortir le caractère expressif mais aussi ludique et versatile de ce testament debussyste. Une vision haute en couleur qui trouve son pendant dans les textes qu'il a sélectionnés (…)
Simon Corley / concertonet - Juin 09

(…) les super solistes Dorota Anderszewska au violon et Cyrille Tricoire au violoncelle, ainsi que le pianiste Christophe Sirodeau. Les chambristes entament le concert par l'Élégie op. 23 de Suk, où à une piquante vivacité succède un sentiment recueilli. Et ils concluent par deux autres trios, de Martinu, les Bergerettes n° 3 et 4, qui offrent d'étonnants contrastes rythmiques, le piano se chargeant de créer la surprise avec brio et clarté, face au maillage serré des partenaires. (…) Tout seul, Christophe Sirodeau interprète 'Pour la guérison de mon fils' de Suk et, avec éloquence, il fait entendre les phrases discursives, parcourues d'évocations juvéniles, de ruptures et de sauts d'idées. C'est magnifique. La découverte est surtout la musique de Vitezslava Kaprálová, élève de Martinu et décédée à Montpellier en 1940. La Ritournelle op. 25 est parcourue d'émotions : humour, coquetterie, crainte, doute... tout cela servi avec attention par le pianiste et détaillé avec finesse par Cyrille Tricoire. La fin en suspens est saisissante (…)
Michèle FIZAINE /Midi Libre - Juin 09

…le jeu du pianiste s'impose, et ce mouvement [Sonate n.3] touche finalement à un lyrisme époustouflant, d'autant plus surprenant que peu virtuose ni romantique, répétitif, très personnel et inspiré, qu'il faut absolument découvrir ici. [Feinberg 1]
Jacques Amblard / Le monde de la musique - Mars 04

Essentiellement issus des grands conservatoires et écoles de musique de Paris et Moscou, les interprètes de ces pièces [Skalkottas] mettent une verve particulière à les jouer,… / Recommandé de Répertoire / Notice : très bonne analyse du pianiste Christophe Sirodeau
Jean Vermet / Répertoire - Novembre 03

Rien que de maîtriser l'incroyable difficulté de la version pour 2 pianos [du "Retour d'Ulysse" de Nikos Skalkottas], déclarée "injouable" par beaucoup, serait un exploit en soi. Ce que j'ai entendu à Pendeli, allait pourtant bien plus loin que cela.[ …] Le fait que 2 pianistes si jeunes, bien qu'expérimentés dans le domaine de la musique contemporaine ou d'avant-garde, aient pu atteindre un niveau pareil est plus que remarquable...
Christophe Sirodeau répondait parfaitement aux initiatives de Nikolaos Samaltanos. (…)
Sirodeau joua toutes ces pièces [Roslavets, Lourié, Scriabine] avec une remarquable vérité de style, et avec une excellente technique et musicalité. Sept.94 John G.Papaioannou - Athènes

...une âme d'artiste, intense, intuitive et créative...
Christophe Sirodeau a joué le programme de la soirée, difficile, sans gestes exterieurs, sans que l'on puisse sentir de résistance de la matière, à un niveau où l'on se trouve au dessus de toute critique. Avec lui les plus petits détails étaient bien modelés et pensés. Il y avait de la solidité architecturale, du naturel dans les tempi et les dynamiques. Il semble qu'il ait vraiment un don magique pour transmettre quelque chose de mystique...
...L'expérience était, comme celle du concert précédant, stupéfiante et impétueuse!
Urpo Huovinen - Kaleva (Finlande) 6.7.97

Le jeu d'ensemble [de Pia Segerstam et Christophe Sirodeau] était tout à fait fantastique.
Eija Korhonen, Kainuun Sanomat (Finlande) 5.7.97

Christophe Sirodeau dans son récital solo a démontré une vaste gamme de caractères; le début avec la rareté de Wagner, a montré la sensibilité de l'interprète. Les 12 pièces de Reger contenaient toute la palette de nuances. Le pianiste a "rêvé" dans beaucoup de parties mais a aussi montré ses capacités virtuoses. Dans Feinberg, les figures atonales et polytonales ainsi que les chaines d'accords imposantes étaient menées avec brio. L'oeuvre dans ses contrastes vertigineux a reçu vraiment cette terrifiante atmosphère mentionnée par l'interprète dans le commentaire du programme...
Eija Korhonen - Kainuun Sanomat (Finlande) 5.7.97

Segerstam: chamber works,
Enregistré en concert à Paris, ce disque en première mondiale des oeuvres du compositeur-chef d'orchestre Finlandais Leif Segerstam offre une expérience émotionnelle impressionante...Comme le disent (à propos du Zweixly) les excellentes notes de Christophe Sirodeau: "Cette musique est empreinte d'une gravité funèbre, les sons flottent en apesanteur, le temps semble arrêté..." Ce disque est un ajout gratifiant dans la pluie des lumières nordiques de la musique contemporaine.
Sullivan, American Record Guide May-June 97

On ne peut que saluer le travail plus que méritoire des 2 interprètes. [Feinberg 2]
Stephane Friederich / Classica Repertoire - Juin 04

'Musique Vespérale' était fort intéressant, et sensiblement délicat malgré la 'machine' orchestrale utilisée. Le tissu compositionnel semble commenter les ambiances et les styles de couleurs du début du 20ème siècle. Le matériau sonore a réveillé dans mon esprit quelques souvenirs stravinskiens, et l'architecture de l'œuvre qui semble très méditée tout comme ses plans de couleurs m'ont évoqué la 'Symphonie des Psaumes'. La partie de violoncelle de Pia Segerstam sonnait bien, avec un caractère de musique de chambre.
Helvi Kangas / Keskisuomalainen (Finlande) - 21 mai 04  

back to the previous page