Obscur Chemin des Étoiles op.21

"Nocturnal Fantasy" pour piano

 

Cette assez longue Fantaisie Nocturne dédiée à mon ami Jonathan Powell, a été composée pour lui, principalement durant les étés 2003 et 2004, en Finlande. C'est lui qui l'a créée à Londres le 24 octobre 2004.
A l'origine inspirée par l'idée constructive des " Night Fantasies " de Carter, c'est une pièce de grande dimension, sans structure préétablie, qui semble se dérouler, comme indiqué au début de la partition, " in the mood of a continuous dream " (dans l'esprit d'un rêve continu). La musique semble suivre cet état du rêve, où rien ne revient jamais de façon identique, et où l'on se trouve subitement dans des régions très différentes les unes des autres. Les idées initiales qui suggèrent l'idée de guitare, de sérénade nocturne et d'une certaine euphorie érotique, évoluent rapidement même si le premier élément revient transformé plusieurs fois dans l'œuvre. Bien sûr certaines sections sont tout à fait cauchemardesques, d'autres contemplatives et l'on peut vers la fin entendre aussi bien un obsessionnel rythme de danse marocaine qu'un écho de la " Fantaisie " de Schumann, et même une allusion à " Sirenland " de Powell (une pièce liée à la Sicile et à Szymanowski, l'un de mes compositeurs favoris). Mais il n'y a rien dans cette œuvre de strictement descriptif. Tout reste insaisissable et fuyant, comme dans de nombreux rêves.
La pièce a été composée linéairement, donc dans l'ordre où elle se déroule, pour favoriser le sentiment de progression sans réel retour malgré certains efforts pour " retrouver " quelque chose du passé (un peu comme un film qui serait tourné dans l'ordre chronologique du scénario). C'est une expérience passionnante que je tente ici pour la première fois, car toutes mes œuvres de grande taille sont d'habitude à peu près construites au préalable avant la réalisation. Ceci dit, la seconde partie de la pièce bénéficie d'une sorte d'analyse consciente/inconsciente de ce qui s'est créé au début, et il ne s'agit nullement d'une improvisation, contrairement à certaines de mes petites pièces pour piano. La Fantaisie est divisée en 8 sections différentes qui s'enchaînent. A la fin, grâce au statisme, on obtient peut-être cette illusion d'un sommeil sans rêves, avant un réveil soudain.

(remerciements à Altarus Records pour l'autorisation de reproduire ce texte)

retour au sommaire sirodeau

retour au portail général

en préparation